Les séparateurs de graisses et la ventilation.

Tous les séparateurs de graisses ne possèdent pas une entrée/sortie de ventilation propre, c’est tout à fait normal, en effet, la norme prévient ce cas:

Norme NF/EN 1825-2
7.4 Ventilation 

Les canalisations raccordées à des séparateurs de graisse (en amont ou en aval) doivent être suffisamment ventilées. La canalisation de décharge dans le séparateur doit être munie d’un évent en tour, et des canalisations raméales de ventilation doivent être raccordées à tous les tuyaux rameaux en amont de plus de 5m de longueur.
Lorsque l’évent le plus proche est situé à plus de 10 m en amont du séparateur de graisse, la canalisation d’amenée doit être équipée d’une canalisation de ventilation supplémentaire aboutissant le plus près possible du séparateur.

Ainsi selon un schéma Franceaux

Capture du 2017-09-27 14-02-59

Si L1 est inférieur à 10 ml (mètres linéaires), raccorder la ventilation V1 en toiture.
Si L1 est supérieur à 10 ml, raccorder la ventilation V1 et la ventilation V2 ( piquage au plus près du séparateur) en toiture.
Toutes les conduites raméables de longueur supérieure à 5ml doivent être ventilées , donc si L3 est supérieur à 5ml, raccorder la ventilation V3 en toiture.
La conduite aval du séparateur doit être également raccordée en toiture (V4)

Pour accéder à notre choix de séparateurs de graisses, cliquez ici.

Pour toutes informations et devis, merci de nous contacter au 0970 44 44 64 ( depuis l’étranger +33 970 44 44 64) ou via notre site internet separateurs.gedo.fr.

 

 

Publicités

Séparateurs Hydrocarbures béton avec fosse de relevage incorporée

Les séparateurs hydrocarbures Ecluse ont été conçus pour filtrer les eaux usées des parkings sous-terrains selon la réglementation européenne. Afin d’évacuer les eaux traitées, un compartiment de relevage est inclus.
La pompe de relevage n’est pas incluse.

ecluse203d
Par défaut, nos séparateurs hydrocarbures béton sont de type B1 c’est à dire de classe 1 avec un rejet de 5 mg/litre max selon la norme NF EN 858-1. Sur demande, il est possible de construire des séparateurs de  types B2, c’est à dire de classe 2 avec un rejet de 100 mg/litre max selon la norme NF EN 858-1.

Les séparateurs hydrocarbures sont équipés d’un dégrilleur, d’un débourbeur, d’un séparateur avec coalesceur, d’un obturateur automatique, et bien entendu d’une fosse de relevage intégrée.

  • Gamme disponible de taille 3 à 25 l/sec
  • Débourbeur de taille 100 TN.
  • Raccordement d’entrée et de sortie par manchon PVC.
  • Canalisations intérieures en PVC Compact.
  • Débourbeur : Déflecteur (brise jet)
  • Accessibilité par 3 trous d’homme (diamètre standard 60cm)
  • Fosse constituée de deux demi-coquilles, collées à la résine époxy et boulonnées.
  • Séparations intérieures en fibre de ciment « Natura ».
  • Obturateur automatique : flotteur en polyéthylène, système de guidage en Inox, tarage de 0,85
  • Gamme certifiée NF EN 858-1

ecluse

Pour accéder directement à la fiche des séparateurs Ecluse, cliquez ici.

Pour accéder à notre choix de séparateurs en béton, cliquez ici.

Pour toutes informations et devis, merci de nous contacter au 0970 44 44 64 (depuis l’étranger +33 970 44 44 64) ou via notre site internet GEDO Separateurs.

Le carnet d’entretien d’un séparateur hydrocarbure

L’agence GEDO Séparateurs met à votre disposition un carnet d’entretien pour votre séparateur d’hydrocarbure. Ce carnet vous aidera à comprendre le fonctionnement du séparateur et à réaliser un entretien régulier de celui-ci. Le bon entretien de votre séparateur vous permet de lui garantir une bonne longévité de vie.

Ce carnet se compose de trois parties :

    1.    Le descriptif de l’installation :

Capture du 2016-04-20 11-30-47.png

         a. Cette rubrique comprend les coordonnées du propriétaire et de l’installateur ainsi que les références du séparateur.

        b. Un schéma résumant le fonctionnement du séparateur est aussi présent avec les différents termes techniques.

2.    Le descriptif des tâches d’entretien :

Capture du 2016-04-20 11-31-39.png

            a. Cette rubrique comprend les différentes tâches à réaliser avec leurs descriptifs.

            b. La périodicité des différentes tâches d’entretien à réaliser.

3.    Le tableau d’entretien de l’installation :

Capture du 2016-04-20 11-32-27.png

Ce tableau doit être complété à chaque intervention sur le séparateur. Il comprend différentes colonnes d’informations :

            a. La date d’intervention

            b. La société intervenue sur le séparateur

            c. La personne intervenue sur le séparateur

            d. Les actions de maintenances réalisés

            e. Les remarques éventuelles

Si le tableau est entièrement complété, n’hésitez pas à en imprimer un autre pour vous assurez d’un suivi complet de votre installation.

D’autre part ce carnet peut être présenté comme un justificatif (dans tous les cas la responsabilité de GEDO ne saurait être engagée) des différents entretiens réalisés auprès des autorités de contrôle de l’eau.

Pour télécharger votre Carnet Entretien Séparateur Hydrocarbures en PDF

Pour accéder à notre choix de séparateurs hydrocarbures, cliquez ici.

Pour toutes informations et devis, merci de nous contacter au 0970 44 44 64 ( depuis l’étranger +33 970 44 44 64) ou via notre site internet separateurs.gedo.fr.

Le flotteur d’un séparateur hydrocarbure

Un séparateur hydrocarbure possède un système fermeture automatique par flotteur,  généralement taré à une densité comprise entre de 0,90 g/cm3 à 0,83 g/cm3.

Le flotteur doit, comme son nom l’indique, flotter entre les hydrocarbures et l’eau.
Quand le niveau d’hydrocarbure augmente, l’alarme doit s’enclencher pour annoncer la limite maximum du séparateur , cependant si la purge n’est pas faite à temps et que le séparateur est saturé, le système doit pouvoir se boucher automatiquement afin d’éviter une pollution par le déversement d’hydrocarbures.

Lors de chaque vidange du séparateur, le flotteur doit être nettoyé au nettoyeur haute pression et à l’éponge (ne pas toucher les vis et autres composants) pour enlever tous les dépôts et résidus.

Si un flotteur s’enfonce dans l’eau claire: Lire la suite

Filtres cycloniques Lakos eJPX (12,5 m3/h à 233 m3/h)

La 3ième générationeJPX-family.JPG de filtres cycloniques LAKOS pour l’industrie permet une meilleure filtration. Alors que la 2nde génération  (JPL (version indémontable) et JPX (version démontable)) filtraient, en une seule passe, à 60% des particules entre 40 et 74 microns et à plus de 98% des particules de plus de 74 microns, la gamme des eJPX filtrent, en une seule passe, plus de 98% des particules de plus de 44 microns.

Les particules doivent toutefois être plus lourde que l’eau.

  • Dispositifs exclusifs Swirlex et Vortube brevetés.
  • Perte de charge 0.3 à 0.8 bar.
  • Ni tamis ni éléments filtrants à nettoyer ou à remp
    lacer.
  • Pas de contre-lavage – Perte de liquide réduite.
  • Sans maintenance (sauf purge manuelle) ni arrêt de production: pas de pieces mobiles ni de pièces d’usure.
  • Disponibilté de brides ANSI/DIN/JIS pour les gra
    nds modeles.
  • Température maximum de fonctionnement: 110°C.
  • Pression maximum de fonctionnement:
    – ANSI: 17,2 bar à 110°C
    – DIN: 16 bar à 110°C
    – JIS: 14 bar à 110°C Lire la suite

Le choix d’un mini séparateur à graisses? (Version manuelle)

L’installation d’un mini séparateur se fait dans les cas ou l’utilisation d’un séparateur à graisses enterré n’est pas possible:
– pour des raisons évidentes d’encombrement ou d’impossibilité. Exemples:  monuments historiques ou bâtiments classés.
– pour des raisons de coûts disproportionnés par rapport à l’investissement (les travaux de génie civil sont relativement coûteux). Exemples:  restauration saisonnière.
– pour des raisons de mobilité. Exemples: camion pizza, rôtisserie ambulante, friterie ambulante, …
Il existe aussi le cas de structures ayant déjà un séparateur à graisses enterré mais qui veulent limiter la fréquence de vidange complète au minimum légal (1 fois par mois légalement, parfois plus). Faire intervenir une entreprise spécialisée pour enlever les polluants est onéreux (± 100 € par m3) et peu pratique (gros camion, tuyaux d’aspiration passant à travers la cuisine ou le restaurant). Ainsi, rajouter un mini séparateurs entre certains équipements producteurs d’eaux chargées en graisse et le séparateur enterré permet de pré-traiter une partie des eaux usées. Le séparateur enterré réceptionnera donc moins de graisses; la contrepartie est l’entretien manuel du mini-séparateur (utilisation de ressources humaines: coût et contrainte).

Comment choisir un mini-séparateur de graisses?

Voici les principales caractéristiques à déterminer:
– la taille nominale TN en L/s (de 0,3 L/s à 3 L/s),
– l’encombrement en mm,
– la température maximum de fonctionnement en °C,
– le budget.

Suivant les besoins (mobilité ou maintenance), il peut être utile de déterminer
– la présence d’un panier à déchets (oui/non),
– la présence d’un robinet de vidange (oui/non),
– le poids à vide (de 10 kg à 100 kg).

Polyéthylène INOX
 Débit max en L/s  Faible
(0,3 à 0,5 L/s)
Petit
(0,3 à 3 L/s)
Températures supérieures à 60°C Selon le type de Polyéthylène Oui
Panier à déchets Sans Avec ou sans 
Robinet de vidange Avec ou sans  Avec ou sans 
Mécaniquement déformable Oui Non
Mobilité Oui Non
Poids à vide Faible
(moins de 30kg)
Moyen
(de 20 à  100kg)
Coût HT Faible
(environ 400 à 700€ )
Moyen
(environ 1000 à 1800 € )

En premier lieu, il faut connaitre la taille nominale du séparateur (souvent notée TN ou GN), c’est la caractéristique principale d’un séparateur (NDR: que ce soit un séparateur de graisses ou d’hydrocarbures), elle correspond au débit max en L/s que peut traiter le séparateur. Dans  le cadre d’une inspection, après le sérieux de l’entretien du séparateur, le bon dimensionnement de la taille nominale sera vérifiée en priorité par les inspecteurs.
Bien qu’elle soit souvent dimensionnée par des abaques faisant correspondre le nombre de couverts, le type de cuisine, le temps de service, la température des effluents et la présence de détergents, le choix de la taille doit correspondre à la norme NF EN 1825-2.

Bien souvent, l’encombrement du séparateur va considérablement restreindre le choix. Il faut bien penser que les mini séparateurs doivent être régulièrement entretenus et par conséquent facilement accessibles par le dessus. Notamment il faudra prévoir la place pour extraire le couvercle et le panier à déchets.

La température maximum de fonctionnement en °C va quant à elle déterminer le matériaux. En effet, seul l’INOX supporte bien les hautes températures sans se déformer.

Si le séparateur doit être mobile, il est préférable que son poids à vide soit inférieur à 25 kg (pour être manipulable par tous).

Pour faciliter l’entretien (pratique et plus rapide), la présence d’un panier à déchets et  d’un robinet de vidange est préférable. Le panier à déchets retient les éléments solides que peuvent contenir les eaux usées  et évite de devoir vidanger complètement le séparateur (quotidien à hebdomadaire)
Le robinet de vidange permet de vidanger le séparateur sans renverser le séparateur ni pomper le liquide (hebdomadaire à mensuelle).

Le budget sera évidemment déterminant et comme usuellement un coût plus élevé à l’achat permet un entretien plus facile. Ainsi un grand séparateur en INOX avec panier  à déchet et robinet de vidange est plus onéreux mais permettra un gain de temps et d’argent par rapport à un séparateur en polyéthylène.
Toutefois il faut garder à l’esprit que le juste séparateur est celui qui permet de rester dans les normes tout en validant un maximum de critères pratiques.

Pour accéder à notre choix de mini séparateurs, cliquez ici.

Pour toutes informations et devis, merci de nous contacter au 0970 44 44 64 ( depuis l’étranger +33 970 44 44 64) ou via notre site internet separateurs.gedo.fr.

Les séparateurs hydrocarbures: références légales et normes

Dans la plupart des cas, la mise en place d’un séparateur à hydrocarbures est imposée s’il y a rejet en milieu naturel et est souvent l’exigence minimale prévue dans l’arrêté d’autorisation de déversement délivrée par la collectivité propriétaire du réseau collectif d’assainissement.

Les principales lois de référence (liste non exhaustive)

  • Loi sur l’eau et les milieux aquatiques n° 2006-1772 du 30 décembre 2006 – article 46
  • Code de la santé publique chapitre 1 : salubrité des immeubles et des agglomérations – article L1331-10
  • Code de la santé publique chapitre 1 : salubrité des immeubles et des agglomérations – article L1331-15 et suivants
  • Code de la santé publique Livre III : Protection de la santé et environnement – article L1337‐2.
  • Règlement sanitaire départemental type article 29-2
  • Règlement d’assainissement de la collectivité où se situe l’ouvrage
  • Code de l’environnement  – article L110-1Ainsi
  • Code de l’Environnement  ‐  Article L216‐6

La norme de référence

  • NF EN 858 Installation de séparation de liquides légers (par exemple hydrocarbures)Ainsi
    • Partie 1 (NF EN 858-1): Principes pour la conception, les performances et les essais, le marquage et la maîtrise de la qualité, 1er novembre 2002. Complément national NF P16-451-1 de janvier 2007.
    • Partie 2 (NF EN 858-2): Choix des tailles nominales, installation, service et entretien, 1 août 2003. Complément national NF P 16-451-2/CN de janvier 2007

AinsiIl n’y a pas de sanctions spécifiques lors de l’absence ou le non entretien de séparateurs cependant cela ne peut pas dire qu’il n’y a aucun risque, bien au contraire: il faut se rappeler le principe du pollueur-payeur. Dans ce cas, les textes généraux s’appliquent:

  • Absence de séparateurs:
    Code de la santé publique ‐ Art. L. 1337‐2.
    « Est puni de 10 000 € d’amende le fait de déverser des eaux   autres que domestiques dans le réseau public de collecte des eaux   sans l’autorisation visée à l’article L. 1331‐10 ou en violation des prescriptions de cette autorisation. »
  • Non entretien du séparateur amenant des pollutions:
    Code de l’Environnement  ‐  Article L216‐6
    « Le fait de jeter, déverser ou laisser s’écouler dans les eaux superficielles, souterraines ou les eaux de la mer dans la limite des eaux territoriales, directement ou indirectement, une ou des substances quelconques dont l’action ou les réactions entraînent, même provisoirement, des effets nuisibles sur la santé ou des dommages à la flore ou à la faune, à l’exception des dommages visés aux articles L. 218‐73 et L. 432‐2, ou des modifications significatives du régime normal d’alimentation en eau ou des limitations d’usage des zones de baignade, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Lorsque l’opération de rejet est autorisée par arrêté, les dispositions de cet alinéa ne s’appliquent que si les prescriptions de cet arrêté ne sont pas respectées.  Le tribunal peut également imposer au condamné de procéder à la restauration du milieu aquatique dans le cadre de la procédure prévue par l’article L. 216‐9. Ces mêmes peines et mesures sont applicables au fait de jeter ou abandonner des déchets en quantité importante dans les eaux superficielles ou souterraines ou dans les eaux de la mer dans la limite des eaux territoriales, sur les plages ou sur les rivages de la mer. Ces dispositions ne s’appliquent pas aux rejets en mer effectués à partir des navires. »

 

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Pour toutes informations et devis, merci de nous contacter au 0970 44 44 64 ( depuis l’étranger +33 970 44 44 64) ou via notre site internet separateurs.gedo.fr.

Lire la suite